Une identité à partager
vous etes ici : Accueil » La langue bretonne » • La Charte européenne… » Nos actions

Nos actions

D 13 mars 2012     H 16:45     A     C 0 messages


Les actions menées par Identité bretonne, dès sa création,
en faveur de la Charte européenne
des langues régionales ou minoritaires

Les actions menées par Identité bretonne, dès sa création, en faveur de la Charte européenne
des langues régionales ou minoritaires
–

La première édition d’une plaquette contenant le texte intégral de cette Charte ainsi que les passages les plus significatifs du rapport explicatif du Conseil de l’Europe fut publiée avec l’accord de ce dernier. Le premier tirage atteignit 4.000 exemplaires.

Une pétition pour sa signature par la France a recueilli plus de 6.000 signatures, en Bretagne ainsi que sur le stand “Langue bretonne” qu’Identité bretonne tient, tous les ans, à Paris, au salon Expolangues. Une première liste de signatures avait été remise au Président de la République.

Cette pétition se trouvait également sur Internet sur le site d’Identité bretonne (a été retirée depuis).

Identité bretonne est aussi à l’initiative de l’organisation de la manifestation de Pontivy du 12 avril 1996 (Journée européenne des Langues) et ainsi de la mise en place d’un Collectif breton pour la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, depuis devenu indépendant sous le nom de Comité Républicain pour la Charte et la Révision de l’Article 2 de la Constitution.

Depuis, 2 autres manifestations avaient rassemblés 4.000 personnes à Rennes en 1997 et 6.000 à Kemper en 1998.

La même année, Identité bretonne avait adressé un courrier personnel à chacun des parlementaires de France (555 députés et 240 sénateurs) pour leur demander d’inclure la Re-modification de l’article 2 de la Constitution dans l’ordre du jour du Congrès qui s’est tenu à Versailles en janvier 1999, pour une révision constitutionnelle de l’article 2 et d’y rajouter « (…) dans le respect des langues régionales ». En tant que gardien de la Constitution, le Chef de l’État en avait été le premier informé, dès le jeudi 24 septembre, de cette initiative. Le lendemain les Présidents des deux Chambres concernées, Assemblée nationale et Sénat, l’étaient à leur tour.

Et le 28 septembre, à la surprise générale, Lionel Jospin, Premier ministre annonce son intention de signer cette Charte. C’était à Tours, ville bien connue, comme chacun le sait, pour les problèmes de langues régionales ou minoritaires… Comme quoi il arrive parfois que le hasard fait bien les choses !

Aujourd’hui, 39 engagements de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires sont signés. Mais ils attendent la ratification par le Parlement français, pour pouvoir être appliqués.

Enfin la porte est quand même ouverte, il faut maintenant continuer à la pousser...

Dans la même rubrique

13 mars 2012 – Les 39 réserves

13 mars 2012 – Un long fleuve, pas tranquille !