Une identité à partager
vous etes ici : Accueil » Histoire de Bretagne » • L’indépendance » De Nominoé à François II - 830 à 1532

De Nominoé à François II - 830 à 1532

D 16 décembre 2010     H 12:28     A     C 0 messages


 • MAISON de DREUX

A la mort d’Arthur, en 1203, barons et prélats bretons, réunis à Vannes, attribuent la couronne ducale à :

ALIX, fille de Constance et de Guy de Thouars et demi-soeur d’Arthur, elle règne de 1203 à 1221.

Guy de Thouars reçoit la garde du duché de 1203 à 1213.
En 1212, Alix épouse Pierre de Dreux qui devient duc de Bretagne, du chef de sa femme, sous le nom de :

Pierre Ier MAUCLERC, un chevalier aventureux et hardi.

De cette union naît un fils Jean en 1217.
Alix meurt en 1221. Elle est inhumée à l’abbaye de Villeneuve, près de Nantes.
Pierre gouverne au nom de sa femme jusqu’en 1221 et de son fils jusqu’en 1237.
De 1213 à 1223, pendant le règne de Philippe-Auguste, Mauclerc demeure fidèle au roi de France, son oncle.
C’est le seul qui a prêté l’hommage-lige au roi de France en 1212, mais il n’était pas encore duc.
Sous le règne de Louis VIII, les relations se tendent.
Pendant la régence de Blanche de Castille, mère de Louis IX , il participe aux complots des grands féodaux contre la régente.
Pierre Mauclerc veut renforcer le pouvoir ducal
- contre les seigneurs : il oblige ses vassaux à obéir
- contre l’indépendance du clergé et les empiétements des tribunaux d’Eglise.
- en soustrayant la Bretagne à l’influence française.
En 1237, Pierre Ier Mauclerc est écarté du pouvoir quand le jeune duc Jean Ier atteint l’âge de la majorité légale. Il prend alors le nom de Pierre de Braine, participe à la Croisade avec Louis IX, est blessé et meurt en mer en 1250 au retour. ( voir le texte de Joinville )
Il est inhumé à Saint Yved de Braine.

JEAN Ier le Roux

Jean est né en 1217, devient duc en 1221 et est couronné en 1237.
Il régnera jusqu’en 1286.
Jean Ier est moins brillant que Pierre Mauclerc mais il est calme, modéré, persévérant, prudent et pacifique.
Tout au long de son règne :
- il reste fidèle au roi capétien.
- il continue à étendre le domaine ducal.
- il expulse les juifs en 1240.
- il combat les prétentions du clergé.
- il prend des mesures sévères contre les usuriers.
- il participe à la huitième Croisade, à Tunis, avec Louis IX.
Les années de règne de Jean Ier le Roux ont été peu troublées par les guerres.
Jean meurt en 1286 laissant le pouvoir ducal respecté et la Bretagne prospère.
Il est inhumé à l’abbaye de Prières qu’il avait fondée vers 1250, aux environs de Biliers.

JEAN II, il règne de 1286 à 1305.

On lui attribue de sages règlements sous le nom ’’Ordonnance de Jean II ’’.
Il meurt accidentellement à Lyon et est inhumé à l’église des Carmes de Ploërmel qu’il avait fondé.
A sa mort, le trésor ducal est considérable.

ARTHUR II, il règne de 1305 à 1312.

Il met fin à la longue querelle du Tierçage et supprime le Past nuptial pour les pauvres.
Il refuse que Philippe le Bel s’empare des biens des Templiers en Bretagne.
Son corps est aux Cordeliers de Vannes, son coeur aux Carmes à Ploërmel.

JEAN III le Bon

Jean succède à son père Arthur II et il règne de 1312 à 1341.
Durant son règne :
- il s’occupe de la prospérité de son duché.
- il fonde des écoles à Paris pour les Bretons qui y résident.
De 1312à 1325, Jean réunit en un recueil les ordonnances des ducs pour en composer la Très Ancienne Coutume de Bretagne

qui ne supprime pas les classes sociales mais place à la base de la hiérarchie le respect , la solidarité. Maintenue par les contrats de mariage de la duchesse Anne et par le Traité d’Union, elle restera en vigueur jusqu’à la Révolution.
Jean III le Bon meurt de maladie, à Caen, en 1341, et est inhumé aux Carmes à Ploërmel.
Il ne laisse pas d’enfant.

Les ducs de la Maison de Dreux

Après Pierre Ier Mauclerc, les ducs de la Maison de Dreux montrent une fidélité sans faille au roi de France : La Bretagne y gagne un siècle de paix mais perd toute influence diplomatique et voit son identité entamée.
L’influence française se renforce. N’ayant pas d’université en Bretagne, les clercs bretons vont étudier à Angers, Orléans ou Paris. Le roi de France encourage les Bretons à porter leurs causes en appel devant le Parlement de Paris.
Mais cet effacement des ducs ne veut pas dire immobilisme. Peu à peu se met en place et se renforce ce qui composera l’Etat ducal.
Le domaine ducal s’agrandit et ses revenus, auxquels s’ajoutent divers droits dont s’acquittent vassaux et sujets, font du duc un personnage riche et donc puissant.
Progrès de l’administration ducale

Dans la même rubrique

16 décembre 2010 – L’économie bretonne aux 14e et 15e siècles

16 décembre 2010 – L’art architectural

16 décembre 2010 – La vie intellectuelle aux 15e et 16e siècles

16 décembre 2010 – L’État breton